Accueil > ABCD1901 > Bénévole

Bénévole

Cliquez sur une lettre ci-dessous pour parcourir l'abécédaire.

A -  B -  C -  D -  E -  F -  G -  H -  I -  J -  K -  L -  M -  N -  O -  P -  Q -  R -  S -  T -  U -  V -  W -  X -  Y -  Z - 

 

L'article suivant est issu de la revue juris association n°425 octobre 2010, et concerne essentiellement les bénévoles d'activités. Nous aurons l'occasion de revenir plus tard sur les administrateurs bénévoles.

"Est bénévole toute personne qui s'engagement librement pour mener une action non salariée en direction d'autrui, en dehors de son temps professionnel et familial". (Conseil Economique et Social de février 1993) On est donc dans l'engagement, terme très fort qui souligne l'implication personnelle à son plus haut niveau.

L'engagement associatif va de pair avec la notion de liberté. Par ailleurs, la caractéristique de la gratuité est une composante supplémentaire du statut ou plutot du "non-statut" du bénévole. Certes, il y a des retours autres que financiers mais l'absence de rémunération est un facteur d'indépendance.

Qu'est-ce qui motive l'engagement bénévole ?

Des facteurs divers se conjuguent : d'un coté, la recherche d'un épanouissement personnel grâce à de nouveaux contacts sociaux, à des acquisitions de connaissances ou à l'utilisation de compétences que l'on veut faire fructifier, d'un autre côté, des motivations altruistes telles que la défense d'une cause ou la volonté de donner du sens à sa vie en rendant le monde meilleur.

Comment développement l'engagement bénévole ?

Il faut donner envie aux éventuels bénévoles de s'engager et il faut "fidéliser" ceux déjà impliqués, en particulier ceux qui le sont de fraîche date, en général plus fragiles que les autres. Il faut prendre en compte le changement des mentalités et attribuer une mission précise au nouveau bénévole. Avant de se lancer dans des recrutements, l'association aura donc fait l'inventaire des besoins qui nécessitent le recours au bénévolat. Ce recours ne doit pas entraîner de risques de confusion dans le "qui fait quoi". Comme le rappelle fréquemment France Bénévolat, "un bénévole n'est pas un salarié non payé"

Tout cela ne se conçoit pas dans une démarche de formation qui peut revêtir bien des formes : transmission par un collègue, recueil d'instructions, formation interne avec rappel du projet associatif et explication de la logique de la mission par rapport à ce projet, formation externe qui, parfois, réunit des bénévoles d'associations différentes. Les formations aux "métiers" de l'association tels que l'écoute dans une structure qui soutient une quelconque catégorie de bénéficiaires existent sous une forme ou sous une autre. Les formations à la gouvernance des associations sont moins fréquentes, ce qui peut être une des explications à la grave crise de recrutement des bénévoles élus.

La fidélisation des bénévoles

Cette fidélisation passe par un dialogue, notamment entre le bénévole et son "référent". Ce dernier peut jouer à la fois le rôle du professeur et celui de supporter qui vient relever le moral du bénévole quand ce dernier connaît des moments de fatique et de découragement. Bien souvent, un salarié permanent peut avoir une action de coordination qui soulage le travail des bénévoles et qui permet d'assurer les planninfs et de lancer de nouveaux projets.

Fidéliser implique de prendre en considération les bénévoles, leurs conditions de travail, la façon dont on les tient informés, la façon sont on sait les accueillir puis maintenir un contact et, enfin, la façon dont on sait les remercier.

Un maître-mot pour conclure : celui de compétence. LA compétence se trouve et est utile à tou niveau mais les difficultés de plus en plus importantes que rencontrent les associations les obligent à se mettre en mesure de choisir des personnalités compétentes, éventuellement futurs administrateurs, capables d'accomplir des tâches délicates en gardant l'esprit associatif.